Visit our IT Blog!
Kevin Proulx

En tant que gestionnaire, vous avez sans doute entendu parler de la nouvelle loi anti pourriel du gouvernement du Canada qui entrera en vigueur le 1er juillet, le jour de la fête du Canada. Cette année, cette journée habituellement festive vous cause peut-être des maux de tête si vous ne savez pas exactement en quoi consiste cette loi. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous expliquer tout ce que vous devez savoir à ce sujet afin que votre entreprise soit prête à faire face aux changements qu’elle apportera.

 

Il est impératif de bien connaître la loi et de vous y préparer adéquatement

 

À qui s’applique la loi?

Avant de plonger dans ce que la loi stipule, il est important de savoir à qui elle s’applique. En fait, la loi s’applique à la grande majorité des organisations incluant les œuvres de charité et les organismes à but non lucratif. Pour savoir si votre entreprise est touchée, posez-vous les questions suivantes :

-    Est-ce que vous utilisez les courriels, les médias sociaux ou la messagerie instantanée pour envoyer des informations commerciales ou promotionnelles à propos de votre organisation pour atteindre vos clients, des clients potentiels ou d’autres publics importants pour votre entreprise?

-    Est-ce que vous installez des programmes sur les ordinateurs ou les appareils mobiles des gens?

-    Est-ce que vous effectuez ces activités au Canada ou à partir du Canada?

Si vous avez répondu oui à une ou plusieurs de ces questions, votre entreprise est visée par la nouvelle loi anti pourriel.

En quoi consiste la loi?

La loi adoptée par le gouvernement fédéral interdira les pratiques suivantes afin de protéger les Canadiens :

-    L’envoi de messages électroniques sans le consentement du destinataire. Cela inclut tout message envoyé à des adresses courriel, à des comptes de médias sociaux et tout message texte envoyés à des téléphones cellulaires.

-    Tout changement dans la transmission des données dans un message qui fait en sorte qu’un utilisateur est redirigé vers une page différente sans son consentement.

-    Toute installation d’un programme informatique sur un ordinateur sans le consentement de son propriétaire.

-    Toute utilisation d’informations fausses ou trompeuses dans la promotion de produits ou de services.

-    Toute collection d’informations personnelles obtenues en accédant à un système informatique en utilisant un procédé qui viole les lois fédérales.

-    Toute collection d’adresses courriel obtenues à l’aide de programmes informatiques sans le consentement de leur propriétaire.

De plus, il est important de comprendre que la loi entrera en vigueur en 3 phases. La 1re phase, c’est-à-dire la section 6 de la loi, concerne l’envoi de messages électroniques commerciaux. C’est d’ailleurs celle qui entrera en vigueur le 1er juillet prochain.

La 2e phase de la loi anti pourriel est reliée à la section 8 du texte de loi et touche l’installation de programmes informatiques sur l’ordinateur des gens sans leur consentement. Elle entrera en vigueur le 15 janvier 2015.

Enfin, la 3e phase de la loi vise le déclenchement de poursuites contre les personnes ou les entreprises qui ne respectent pas la loi. En effet, à partir de 1er juillet 2017, les citoyens canadiens pourront poursuivre les personnes ou les organisations qu’ils jugent délinquantes face à la loi anti pourriel.

Image Spam Canada

Comment obtenir le consentement des gens auxquels vous envoyez des messages commerciaux ou promotionnels?

Selon la loi, le consentement peut être obtenu oralement ou par écrit. Par contre, c’est vous, en tant qu’entreprise, qui aurez le fardeau de la preuve de l’obtention du consentement et non vos destinataires si on vous demande de prouver le consentement d’une des personnes à qui vous envoyez de l’information électroniquement.

Toutefois, veuillez noter qu’il y aura une période de transition prévue par la loi. En effet, lorsqu’il y a déjà une relation d’affaires ou non entre une entreprise et les personnes avec lesquelles elle communique, le consentement de ces personnes sera implicite pour 3 ans à partir du 1er juillet 2014. Par contre, au cours de ces 3 années, l’envoi de messages électroniques à un individu doit absolument prendre fin lorsqu’il ou elle vous mentionne qu’elle ne veut plus les recevoir. La période de transition ou de consentement implicite avec cette personne prend fin à partir de ce moment.

Malgré ces 3 années de consentement implicite prévues à la loi, je vous encourage à être proactif dans vos démarches en lien avec cette loi et de prendre des actions le plus rapidement possible pour obtenir le consentement des gens à qui vous envoyez des messages à caractère commerciaux ou promotionnels. Envoyez-leur un courriel à l’intérieur duquel vous leur mentionnez que vous désirez obtenir leur consentement pour leur faire parvenir des offres ou des messages qui font la promotion de votre entreprise à l’avenir. Incluez un bouton ou une image où les gens pourront cliquer afin de signifier leur consentement à recevoir des messages de votre part.

Si vous envoyez des messages privés promotionnels sur vos réseaux sociaux, expliquez la situation à vos abonnés et redirigez-les vers un court formulaire ou ils pourront consentir à ce que vous leur envoyiez vos offres et vos messages commerciaux.

Si quelqu’un ne répond pas à vos tentatives d’obtenir son consentement, c’est qu’il manifeste implicitement qu’il ne veut pas recevoir vos communications. Après l’envoi d’un premier courriel, vous pouvez lui envoyer un courriel de rappel dans lequel vous mentionnez que ce sera la dernière communication que vous aurez avec lui ou elle si vous n’obtenez pas son approbation. En effet, cela ne sert à rien de submerger vos contacts de courriels, car :

-    La période de consentement implicite de 3 ans fait que vous n’êtes pas obligé d’obtenir le consentement d’une personne avec qui vous entretenez déjà une relation professionnelle ou non pour lui envoyer des messages électroniques. (Cependant, si vous continuez d’envoyer des messages électroniques à une personne à qui vous venez de demander son consentement et qu’elle ne vous a pas répondu, votre initiative tombe à plat et cela nuira à votre image.)

-    Si la personne n’a pas répondu à votre premier courriel ni à votre courriel de rappel, c’est qu’elle n’a pas d’intérêt envers les messages que votre entreprise pourrait lui envoyer.

Bref, en agissant de façon proactive et en demandant le consentement des gens à qui vous désirez envoyer des messages, vous montrerez votre bonne volonté. Je vous recommande donc d’agir ainsi en prévision des changements qu’apportera la loi.

Qui s’assurera du respect de cette loi et quelles sont les sanctions prévues?

3 agences gouvernementales travailleront conjointement pour s’assurer que la loi anti pourriel soit respectée. Il s’agit du CRTC, du Bureau de la concurrence et du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada.

De plus, la loi prévoit des amendes importantes pour les individus et les entreprises qui ont des agissements qui vont à l’encontre de la loi. En effet, les amendes peuvent s’élever jusqu’à 1 million de dollars par infraction pour les individus et jusqu’à 10 millions de dollars par infraction pour les entreprises.

Enfin, les cadres supérieurs d’une entreprise peuvent être tenus responsables des actions de leurs employés s’ils ont dirigés, autorisés ou participés à une infraction.

C’est ce qui conclut cet article sur la nouvelle loi anti pourriel du gouvernement canadien qui entrera en vigueur le 1er juillet prochain. Si vous désirez consulter le texte intégral de la loi, cliquez ici. Si vous avez des questions par rapport à la loi ou que vous vous demandez quelle stratégie vous devriez mettre en œuvre par rapport à cette loi, n’hésitez pas à nous contacter.

Kevin Proulx sur Google+

Kevin Proulx

Le 11 juin 2014, nous avons eu le privilège de recevoir une représentante de Google à l’occasion d’un déjeuner-conférence qui avait lieu à l’hôtel Times de Sherbrooke. Pour cette occasion, nous avons convié plus de 30 gens d’affaires de la région pour leur faire découvrir comment les experts de Kezber pouvaient les aider à tirer avantage des services de marketing numérique de Google.

Les services de marketing numérique de Google sont incontournables pour les entreprises

 

La première partie de l’événement a été assurée par madame Claire Domenget, responsable des ventes nouveaux clients chez Google. Madame Domenget a sensibilisé nos invités au fait que nous sommes actuellement dans l’ère numérique, une ère où les gens passent plus de temps devant un appareil connecté (ordinateur, tablette, téléphone intelligent) que devant la télévision. Elle a également insisté sur le fait que leurs clients les cherchent sur Google et, qu’en tant que gestionnaires d’entreprise, ils se doivent de prendre les actions nécessaires afin de bâtir une présence solide sur le web afin d’être vus par les gens qui cherchent leurs produits ou leurs services. Selon madame Domenget, une stratégie hybride (organique et PPC) efficace est le meilleur moyen d’être bien positionné dans les pages de résultats de Google et d’obtenir des résultats optimaux d’une campagne de marketing numérique.

Déjeuner-conférence Google/Kezber

En deuxième partie, notre président, Alan Kezber, a présenté notre entreprise ainsi que les différents services qu’elle offre et a également exposé 2 success stories de clients dont nous sommes très fiers, c’est-à-dire Radiologie Dix30 et Cité Cosmo.

Radiologie Dix30 est un cas intéressant. En effet, nous devions faire en sorte que la clinique obtienne beaucoup de visibilité alors qu’elle venait d’ouvrir ses portes et qu’elle était inconnue de la majorité des gens. Pour se faire, nous avons lancé une campagne AdWords en novembre 2013 en prenant soin de choisir les meilleurs mots-clés possible et en ciblant les gens qui résident dans un rayon de 30 km de la clinique. Les résultats obtenus ont été si satisfaisants que le client a augmenté le budget de la campagne à 3 reprises. Aujourd’hui, c’est plus de 50 % du trafic sur le site web de la clinique Radiologie Dix30 qui est attribuable au PPC.

Le cas de Cité Cosmo, un projet de condos situé à LaSalle, se distingue de celui de Radiologie Dix30 par l’emploi d’une stratégie de remarketing dans nos efforts de marketing numérique. Le remarketing, pour résumer simplement le concept, permet à une entreprise de suivre les visiteurs de son site web sur d’autres sites leur présentant des promotions à l’aide de bannières publicitaires pour une période déterminée. Avant de démarrer une telle campagne, nous avons tout d’abord lancé une campagne AdWords sur le réseau Search de Google afin de stimuler l’obtention des 1 000 visiteurs nécessaires au lancement d’une campagne de remarketing sur le réseau Display de Google. Les condos de Cité Cosmo se sont vendus très rapidement en grande partie grâce à la campagne de remarketing sur le réseau Display. Le travail de Kezber a été responsable de plus de 30 % du trafic sur le site web de l’entreprise.

C’est ce qui met fin à ce compte-rendu du déjeuner-conférence que nous avons organisé en collaboration avec Google. L’événement a été un grand succès et nous avons grandement apprécié la collaboration de Google tout au long du projet.

Kevin Proulx sur Google+

Kevin Proulx

Selon l’étude Cost of a Data Breach publiée par l’Institut Ponemon, le coût moyen par donnée compromise se chiffre à 200 $ en 2014 contre 188 $ en 2013. Il s’agit d’une hausse de 9 % par rapport à l’année dernière.

Pour recueillir les données dont elle avait besoin pour réaliser son étude, l’Institut Ponemon a analysé les expériences de violations de données de 61 entreprises américaines provenant de plus de 12 secteurs d’activités différents. Elle s’est également entretenue avec plus de 500 personnes qui travaillent dans des entreprises et des organismes gouvernementaux qui ont été touchés par une violation de données.

 

Les violations de données représentent des coûts importants pour les entreprises qui en sont victimes

 

Qu’est-ce qui est compris dans le calcul de ce coût moyen?

Pour calculer le coût moyen par donnée compromise, tous les coûts relatifs à la violation de données sont utilisés. Ces coûts comprennent le travail des experts, l’assistance téléphonique externe, les rabais accordés aux clients en guise de compensation, les enquêtes internes et toutes autres charges encourues à cause d’une violation de données.

Quelles sont les industries les plus touchées par le fléau des données compromises?

Les industries qui sont les plus frappées par les violations de données sont celles des secteurs de la santé, du transport, de l’énergie, des services financiers, des communications, des produits pharmaceutiques et le secteur manufacturier. La santé et le transport sont en tête du palmarès du coût moyen par donnée compromise le plus élevé avec des coûts moyens respectifs de 316 $ et de 286 $.

C’est ce qui met fin à cet article sur le coût moyen des violations de données aux États-Unis. Bien que ces données soient américaines, elles sont tout de même pertinentes, car les marchés américains et canadiens comportent des similitudes et nos industries ne sont pas à l’abri des violations de données. Si votre entreprise évolue dans un des secteurs d’activité mentionnés au cours de l’article et que vous avez des inquiétudes par rapport à la sécurité de vos données, n’hésitez pas à nous contacter. C’est avec plaisir que nous vous conseillerons sur les meilleures stratégies à adopter pour votre entreprise.

 

Cet article est aussi disponible sur le blogue d’Online Recovery.

Kevin Proulx sur Google+

  • Follow Us